Grands thèmes da la Théosophie
 
Helena Pétrovna Blatvasky et son oeuvre
 
La Théosophie
 
Qu'est-ce que l'Ame ?
 
Karma
 
La réincarnation et le souvenir des vies passées
 
La mort et l'expérience posthume de la conscience
 
Vie intérieure (de la prière à la méditation)
 
Perspectives pratiques de l'enseignement Théosophique
 
Le Mouvement Théosophique et la Loge Unie des Théosophes dans le monde
 
Liste des Loges Unies et des Groupes d'étude dans le monde
 
 
sitelutdouala-2a009006.gif sitelutdouala-2a009005.gif
Le Blog
(conférences...)
Télécharger
sitelutdouala-2a009004.gif
Accueil
sitelutdouala-2a009003.gif
Recherche, Index, Nouveau
Médiathèque
sitelutdouala-2a009002.gif
@ Etude par correspondance
sitelutdouala-2a009001.gif naturedouala3.jpg

La mort et l’expérience posthume de la conscience

« La mort se présente toujours à notre soi spirituel comme une libératrice et une amie » La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky

Généralités sur la mort

Le mourir et la première mort

Les étapes de la mort

Le kama loka et la seconde mort

Le devachan

Communications  réelles avec les morts

Sur l’immortalité

Vision prospective à la sortie du Devachan

Pour en savoir plus

Généralités sur la mort

« Durant de longs âges, des générations successives d'Adeptes ont approfondi les mystères de l'être, de la vie, de la mort et de la renaissance, et ils ont tous enseigné à leur tour certains des faits ainsi appris.

« La mort est l'ultime extase sur terre.

« La mort se présente toujours à notre soi spirituel comme une libératrice et une amie.

« La mort est un sommeil : Après la mort, commence, devant les yeux spirituels de l'âme, une représentation qui se déroule selon un programme que nous avons appris et très souvent composé nous-mêmes inconsciemment : là se déploie, dans des faits vécus, la réalisation des croyances correctes, ou bien des illusions que nous avons nous-mêmes créées de toutes pièces.

« De même que l'abeille recueille son miel de chaque fleur qu'elle visite et laisse le reste en pâture aux vers de la terre, de même notre individualité spirituelle — ou Ego — ne recueille de chaque personnalité terrestre, dans laquelle karma la force à s'incarner, que le nectar des qualités spirituelles et de la soi-conscience ; elle réunit l'ensemble de ses récoltes en un tout unique et sort finalement de sa chrysalide comme un Dhyan Chohan glorifié. » (Extraits de La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky)

Le mourir et la première mort

« Au moment solennel de la mort, même dans le cas de mort subite, chaque homme voit toute sa vie passée se dérouler devant lui dans ses plus minimes détails. Pendant un court instant, l'ego personnel devient un avec l'Ego individuel et omniscient. Mais cet instant suffit pour lui montrer tout l'enchaînement des causes qui ont opéré sa vie durant. Il se voit et se comprend alors tel qu'il est, dépouillé de tout masque flatteur et affranchi de ses propres illusions. Il déchiffre sa vie en spectateur qui contemple d'en haut l'arène qu'il quitte ; il sent et reconnaît la justice de toute la souffrance qu'il a subie. [Cela] arrive-t-il à tout le monde sans exception… Des hommes très bons et très saints peuvent voir non seulement la vie qu'ils quittent mais même plusieurs existences antérieures où avaient été produites les causes qui les firent tels qu'ils furent dans la vie qui vient de se terminer. Ils reconnaissent la loi de karma dans toute sa majesté et dans toute sa justice. » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.177)

« Aussi, parlez tout bas, vous qui vous trouvez près du lit d'un mourant, en la présence solennelle de la mort. Observez surtout le calme dès que la mort aura posé sa main moite et froide sur le corps. Parlez tout bas, dis-je, de peur de troubler le cours naturel des pensées qui reviennent et d'empêcher l'activité intense du Passé projetant sa réflexion sur le voile du Futur... »(Article « La mémoire chez les mourants » – H.P. Blavatsky)

Haut de page

Les étapes de la mort

« Par suite de la séparation naturelle des principes, provoquée par la mort, l'homme entier se trouve en trois parties :

« Premièrement : le corps visible qui, avec tous ses éléments, est abandonné sur le plan terrestre où il poursuit sa décomposition, et où tout ce qui est composite se désagrège et restitue avec le temps les éléments aux différents domaines physiques de la nature.

« Deuxièmement : le kamarupa (composé du corps astral et des passions et des désirs) qui, sur le plan astral, commence aussitôt à se désagréger.

« Troisièmement : l'homme réel - la triade supérieure d'Atma-Buddhi-Manas - non sujet à la mort, maintenant hors des conditions terrestres et privé de corps, commence à fonctionner en devachan uniquement comme un mental revêtu d'un vêtement très éthéré, dont il se dépouillera quand sonnera l'heure de son retour sur terre. (Océan de Théosophie – W.Q. Judge – p.105)

« Quand l'homme meurt, ses trois principes inférieurs se séparent de lui pour toujours ; il s'agit du corps, de la vie, et du véhicule de cette dernière (c'est-à-dire le corps astral, ou le double de l'homme vivant). (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky  - p.159)

Le kama loka et la seconde mort

« Le kâma loka est une localité astrale… Il n'a ni étendue ni frontières définies, mais il existe dans les limites de l'espace subjectif, c'est-à-dire, au-delà des perceptions de nos sens. Il existe néanmoins, et c'est là que les eidôlon astraux de tous les êtres qui ont vécu, y compris les animaux, attendent leur seconde mort. Pour les animaux, cette mort vient avec la désintégration et la disparition complète de leurs particules astrales jusqu'à la dernière. Pour l'eidôlon humain, elle commence quand la triade Âtma-Buddhi-Manas [= la triade Esprit, Âme spirituelle et l’Ego spirituel] « se sépare »… de ses principes inférieurs, ou du reflet de l'ancienne personnalité, pour se plonger dans l'état dévachanique. » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.159)

Le devachan

« Après un certain temps passé en kama loka, l'être tombe dans un état d'inconscience qui précède le passage dans l'état suivant, exactement comme la naissance sur terre est précédée d'une période de ténèbres et de lourd sommeil. L'être s'éveille alors aux joies du devachan. »(Océan  de Théosophie – W.Q. Judge – p.114)

« C'est la dernière série des pensées puissantes et profondément gravées qui donnera coloration et direction à toute la vie devachanique. Le dernier moment teintera tous les suivants. L'âme et le mental se fixent sur ces dernières pensées et s'en servent pour tisser tout un ensemble d'événements et d'expériences; en les développant jusqu'à leurs limites extrêmes, ils mettent à exécution tout ce qui n'a pu être réalisé dans la vie. En tissant et en amplifiant ainsi ces pensées, l'entité passe par la jeunesse, la croissance et la vieillesse, c'est-à-dire l'élan impétueux de la force, son expansion et son déclin, jusqu'à l'épuisement final. » (Océan de Théosophie – W.Q. Judge – p.120)

« La règle générale et presque invariable est la fusion de la conscience personnelle dans la conscience individuelle ou immortelle de l'Ego, c'est-à-dire une transformation ou une transfiguration divine, et l'annihilation complète du quaternaire inférieur seulement [l’homme de chair, le corps astral, l’énergie vitale, les passions et désirs personnels égoïstes]. » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.110)

Haut de page

Communications réelles avec les morts

« L'Individualité consciente des êtres désincarnés ne peut pas se matérialiser ; elle ne peut pas non plus quitter sa propre sphère mentale du devachan, pour regagner le plan de l'objectivité terrestre. » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.41)

« Nous sommes avec ceux qui sont morts et que nous avons perdus dans la forme matérielle, et beaucoup, beaucoup plus près d'eux maintenant que lorsqu'ils étaient en vie. […] Car le pur amour divin n'est pas simplement l'efflorescence d'un cœur humain, mais il a ses racines dans l'éternité. L'amour saint et spirituel est immortel, et karma amènera tôt ou tard tous ceux qui se sont aimés d'une telle affection spirituelle à s'incarner une fois de plus dans le même groupe familial. De plus, nous disons que l'amour étend son influence au-delà de la tombe […] et possède un pouvoir magique et divin qui réagit sur les vivants. »(La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.165)

« Nous croyons nous-mêmes à l'intercommunication possible entre l'esprit de l'homme vivant et celui de personnes désincarnées… Nous disons que ce ne sont pas les esprits des morts qui descendent sur terre, mais bien les esprits des vivants qui montent vers les pures Âmes Spirituelles… Aussi, bien qu'il n'existe guère d'être humain dont l'Ego ne communique pas librement, pendant le sommeil du corps, avec ceux qu'il a aimés et perdus, l'être, une fois réveillé, ne conserve dans sa mémoire aucun souvenir de cette communication, sinon sous une forme très confuse, semblable à un rêve… » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.43)

Sur l’immortalité

« Pour la personnalité terrestre de l'homme, l'immortalité et la conscience après la mort deviennent toutes les deux simplement des attributs conditionnés, car elles dépendent entièrement des conditions et des croyances qu'a créées l'âme humaine elle-même durant la vie du corps. Karma agit sans cesse : nous ne moissonnons dans notre vie après la mort que les fruits de ce que nous avons semé nous-mêmes pendant celle-ci. » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.175)

« L'Âme personnelle, c'est-à-dire l'étincelle de conscience qui conserve dans l'Ego Spirituel l'idée du « Moi » personnel de l'incarnation précédente, elle ne dure, en tant que souvenir séparé et distinct, que jusqu'à la fin de la période dévachanique. À l'expiration de celle-ci, elle s'ajoute à la série des autres incarnations innombrables de l'Ego, comme le souvenir qui reste dans notre mémoire, à la fin de l'année, d'un seul jour parmi tous les autres… Seul est immortel ce qui est indissolublement cimenté par Âtma » (c'est-à-dire Buddhi-Manas). (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – p.123)

La vision prospective à la sortie du devachan

« De même qu'au moment de la mort l'homme passe en revue rétrospectivement la vie qu'il a menée, de même, au moment où il renaît sur terre, l'Ego qui se réveille de l'état du devachan a une vision prospective de la vie qui l'attend et se rend compte de toutes les causes qui l'y ont conduit. Il en prend conscience et voit le futur, parce que c'est entre le devachan et la re-naissance que l'Ego regagne sa pleine conscience manasique, et redevient, pendant un court espace de temps, le dieu qu'il était avant de descendre pour la première fois dans la matière, conformément à la loi karmique, et s'incarner dans le premier homme de chair. Le « fil d'or » voit toutes ses « perles » et il n'en manque pas une. » (La Clef de la Théosophie – H.P. Blavatsky – pp.177-8)

 

Pour en savoir plus

« Qu’est-ce qui survit après la mort ? » (Article de R. Crosbie, C.T. n°182)

(Pour bien comprendre la vie, il faut comprendre la mort. Ce qui survit c’est le Penseur, l’Âme, ou le soi véritable profond qui recueille le nectar de l’expérience spirituelle de chaque vie et qui poursuit de vie en vie sa quête et sa transformation pour atteindre à terme l’immortalité.)

« Les morts peuvent-ils communiquer ? » (Article de R. Crosbie, C.T. n°182)

(Cet article met en garde contre les diverses pratiques de nécromancie et leurs grands dangers. Après la mort nous restons conscients sur d’autres plans et à d’autres niveaux, bien que nous n’utilisons ni le corps ni le cerveau. Les états post mortem sont que les effets de notre dernière existence.)

Haut de page